Articles de fond produits par ANIS

Twitter : What are you doing ? (2009)

  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer le texte
  • Partager sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Sauver sur Delicious
{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Article de fond ANIS
Rédaction : Julie Bailleul - pour ANIS - Juillet 2009

...................................................................................................................

Depuis quelques mois, vous entendez régulièrement parler de « Twitter », ce service de réseau social lancé en mars 2006 par la société américaine Obvious. Avec plusieurs millions de comptes utilisateurs dans le monde, Twitter ne cesse de faire des émules. Les « gazouillis » de l’oiseau bleu sont de plus en plus nombreux sur la Toile… Mais qu’est-ce que Twitter exactement ? Comment l’utiliser ? Quels avantages et risques présente ce nouvel outil de communication ? Quelles influences peut-il avoir sur vos interactions professionnelles et personnelles ?
ANIS vous propose de s’attarder sur le sujet.

 :: L’Historique de Twitter

Twitter a été créé au sein d’Odeo Inc., une start-up de San Francisco dont la principale activité reposait sur une plate-forme d’hébergement, de diffusion et d’enregistrement de podcasts.

En 2006, Odéo Inc. décide de développer un nouveau service permettant aux utilisateurs de décrire ce qu’ils sont en train de faire via SMS. Ouvert au public le 13 juillet 2006, la première version s’intitule « Stat.us » puis « Twittr » (en référence au site de partage de photos « Flickr »). Le service est ensuite rebaptisé « Twitter », son nom actuel.

Le 25 octobre 2006, les actifs de la société Odeo Inc. sont rachetés par Obvious Corp. Puis en avril 2007, la société indépendante Twitter Inc. est créée. Elle compte aujourd’hui 29 employés.

 :: Un service en plein essor

En l’espace de quelques mois, Twitter est devenu un phénomène médiatique sur Internet. Poussé par quelques influents sur le Web, le service de réseau social élargit chaque jour sa communauté.

En mars 2009, Nielsen indique que Twitter est le site de la catégorie des sites communautaires qui a connu la plus forte croissance dans le monde au cours du mois de février.

En France, Twitter a fait l’objet d’une couverture médiatique particulièrement importante au cours des premiers mois de l’année 2009 (Slate). Médiamétrie précise que le terme aurait été tapé 65 000 fois en mars, 158% de plus qu’en février…

Les utilisateurs de Twitter, principalement des adultes trentenaires urbains, se comptent désormais par millions. Il est difficile d’avancer des statistiques précises car la Société Obvious Corp divulgue peu ces données. Les chiffres annoncés sont sans cesse fluctuents.

PNG - 14.1 ko

 :: Qu’est-ce que Twitter ?

Le principe simpliste de Twitter réside dans son slogan : « What are you doing ? » (« Que faites vous ? »). Il s’agit d’un outil de réseau social et de micro-blogging qui permet à l’utilisateur de signaler à son réseau « ce qu’il est en train de faire ».

Twitter ne présente pas de révolution technique majeure. Au contraire, l’outil est pratique et simple d’utilisation. Il repose sur l’envoi gratuit de messages appelés « tweets » (« gazouillis » en français), via le site web de Twitter, via votre téléphone portable par SMS, via une messagerie instantanée de type Google Talk, ou encore via des logiciels/sites Internet tiers basés sur l’API libre de Twitter.

Les « tweets » ont la particularité d’être très courts, d’une longueur maximale de 140 caractères (soit 1 ou 2 phrases). Ils renvoient généralement vers un lien pour en savoir davantage.

Twitter offre ainsi la possibilité de communiquer de manière brève et spontanée. Il permet de partager avec d’autres internautes une information, une photographie, un lien, une remarque, de manière instantanée. Il permet de diffuser des contenus, de rechercher des informations, de suivre une actualité, en temps réel.

La différence entre Twitter et un blog traditionnel réside dans le fait que Twitter n’appelle pas directement une participation à commenter les messages postés. Le principe de Twitter est de relater ce qu’on fait au moment où on écrit le message.
Twitter n’apparaît pas non plus comme un service de courrier électronique ou de messagerie instantanée. Ce n’est pas un forum de discussion ou un outil de clavardage. Ce n’est pas un moteur de recherche, un site de nouvelles, ou un outil de type Facebook… Twitter, c’est un peu tout cela en même temps !

 :: Comment l’utiliser ?

Pour utiliser Twitter, il convient tout d’abord de s’inscrire (gratuitement) sur le site http://twitter.com (précisons que l’interface originelle de Twitter est en anglais - depuis avril 2008, une version japonaise est disponible). Le site vous accorde alors une adresse (du type http://twitter.com/AssoANIS) où déposer vos messages depuis votre ordinateur ou votre téléphone portable (et que vous lirez depuis votre ordinateur ou votre téléphone portable).

PNG - 90.6 ko

Comme sur tout autre réseau social, une fois inscrit sur le site, il convient de se constituer une liste de contacts - soit en les important directement depuis ses comptes de messageries (par exemple Gmail, Yahoo, etc) ; soit en les cherchant directement sur la plateforme Twitter (« Find on Twitter »).
Une fois ces contacts trouvés, il suffit de cliquer sur « Follow ».

Vous pouvez décider que vos messages postés seront lus par tout le monde (si vous spécifiez votre compte en mode public) ou uniquement par votre réseau (si votre compte est en mode privé).
Bien sûr, vous pouvez vous créer plusieurs identités, donc gérer plusieurs pages, certaines publiques et certaines privées.
Parallèlement, vous choisissez les membres de Twitter dont vous voulez suivre les publications, et ces membres peuvent vous ajouter également en retour dans leur propre réseau.

A travers vos « tweets », Twitter vous permet donc de communiquer aux personnes qui vous « suivent » ce que vous faites au moment ou vous écrivez (accessible depuis votre téléphone mobile, ce service s’avère donc plutôt utile pour les personnes souhaitant rester en contact sans avoir à se téléphoner pour poser les sempiternelles questions « Qu’est ce que tu fais ? », « T’es où ? », etc).

Dans le même temps, vous pouvez suivre les messages publiés par les personnes que vous « suivez ». En inscrivant des profils Twitter comme « followings », vous êtes informé en temps réel, sur votre page Twitter, de l’actualité se rapportant à tel ou tel sujet (par exemple http://twitter.com/lesjeudis, qui diffuse des offres d’emplois dans le secteur de l’informatique).

Notez que d’après Hubspot, une personne « suit » environ 70 autres personnes (c’est à dire qu’elle reçoit les messages postés par 70 utilisateurs de Twitter), seuls 5% des utilisateurs ont plus de 250 « suiveurs », et 0,8% plus de 1000.

L’effet « ricochets » offert par Twitter peut s’avérer particulièrement efficace. Prenez l’exemple d’une personne d’influence, « suivie » par des centaines d’autres. Lorsque cette personne poste un « tweet » et que chacun de ses « suiveurs » « twittent » à leur tour ce message à leurs « suiveurs », et ainsi de suite, la propagation de l’information se réalise particulièrement rapidement !

Pour utiliser correctement Twitter, il convient de maîtriser un peu de vocabulaire :
- Les « followers » sont les personnes (« profils » ou « twittos » dans le langage Twitter) qui lisent vos messages ;
- Les « followings » sont les personnes dont vous lisez les messages ;
- Les « friends » (amis) sont les personnes que vous lisez et qui vous lisent.

Il convient également de mémoriser quelques codes :
- Dans un message, un dièse avant un sujet (exemple « #hadopi : fin des débats ») permet de s’inscrire dans une conversation commune à plusieurs internautes ;
- Quand dans un message le @ précède le nom d’un contact, il s’agit d’une réponse à la personne en question ;
- De la même manière, les initiales « RT » (« ReTwitte ») désigne un message que l’on fait suivre ;
- Enfin, quand une personne demande à être contactée par « DM » (« Direct Message »), cela signifie qu’il souhaite une réponse privée.

 :: Quels sont les usages offerts par Twitter ?

Au départ, Twitter ne présentait un intérêt que pour les groupes d’amis souhaitant être constamment en contact. Cependant, l’évolution du réseau social a laissé la place à bien d’autres fonctions. Le but premier du service ayant été rapidement détourné, il existe au final autant d’usages différents que d’utilisateurs… Et de nouveaux usages apparaissent chaque jour…

Avec Twitter, l’utilisateur n’est plus placé au centre du contenu, mais c’est bel et bien la vie de l’utilisateur qui devient le contenu ! Certains vont utiliser le service pour se valoriser et décrire leur vie quotidienne dans les moindres détails, d’autres vont l’utiliser comme un système de messagerie instantanée publique, d’autres s’en serviront pour diffuser de la micro information à leur communauté, d’autres l’utiliseront à des fins professionnelles, etc.

Essayons de décrire les différents usages possibles de Twitter, et donc les profils des utilisateurs de ce média viral de messages courts :

- Faire partager sa vie quotidienne à sa communauté : Des utilisateurs se servent de Twitter pour partager les détails de leur vie quotidienne (où ils sont, ce qu’ils font, ce qu’ils mangent, etc). La notion de « web-réalité » prend alors tout son sens. Nous percevons ici un certain penchant exhibitionniste (en dévoilant tous les détails de sa vie), et un certain penchant voyeuriste de la part de la communauté qui suit cet utilisateur pour tout savoir sur sa vie. Cette utilisation est la plus répandue (l’outil ayant été créé pour cela), mais certainement la moins intéressante… Twitter se place ici dans la continuité logique du « phénomène des blogs » (voir à ce sujet l’article d’ANIS de 2005), avec la même similitude dans l’appropriation personnelle de l’usage que l’on peut en faire.

- Communiquer publiquement, comme avec une messagerie : Des internautes utilisent Twitter pour communiquer avec d’autres membres de leur communauté sur des sujets assez légers et non privés (rappelons que derrière le mode public se cache une indexation systématique de tout ce qui est publié sur les comptes Twitter, et donc potentiellement la possibilité de retrouver ce qui a été dit). Dans ce cas, Twitter s’ajoute aux autres modes de communication existants (de type Skype, etc). Il offre la possibilité d’élargir son réseau, de communiquer avec d’autres communautés.

- Signaler sa présence et sa disponibilité : Certains utilisateurs se servent de Twitter uniquement pour signaler s’ils sont, ou non, disponibles pour une interaction. Un service qui apparaît complémentaire aux messageries instantanées (qui signalent les états de connexions) mais à plus grande échelle.

- Suivre en direct des événements : Depuis l’avènement du blogging, de nombreux internautes ont pris l’habitude de blogger en direct lors d’évènements (conférences, séminaires, expositions, etc). Une tendance accentuée par le développement du Wifi.Des utilisateurs se servent ainsi de Twitter comme d’une plateforme de micro-blogging pour diffuser rapidement et de manière soutenue des informations, sans avoir à les détailler.

- Trouver une alternative à un blog : En parallèle de leurs billets habituels, des utilisateurs se servent de Twitter pour publier de l’information sur leur blog (après installation d’un widget adéquat). Twitter permet ainsi de micro-blogger de l’actualité rapidement, de démarrer un « buzz », sans avoir à détailler le tout dans un billet complet.

- Gérer ses favoris publiquement, de manière éphémère : Il existe des services de gestion de favoris en ligne (de type del.icio.us - voir à ce sujet l’article ANIS de 2006) qui permettent de mémoriser et de classer des adresses de sites web, de blogs, d’articles, etc, jugés intéressants, de manière à pouvoir les retrouver plus tard et les diffuser.
Certains utilisateurs se servent de Twitter dans ce but. L’outil permet en effet de diffuser rapidement et facilement à sa communauté une information récemment découverte. Il ne s’agit pas de publier tous les éléments, mais de trier l’information pour n’en proposer que l’essentiel.

C’est de cette manière que se créent les « buzz » sur Internet. Sur la plupart des sites web 2.0, un petit icône Twitter (« t ») vous permet de « twitter » l’article que vous lisez et de le partager avec les personnes qui vous « suivent ». Notez que certains sites utilisent également le petit oiseau bleu comme icône.

En tant qu’internaute, il suffit de « suivre » quelques passionnés pour être tenus au courant des derniers articles ou liens intéressants publiés. Twitter permet de découvrir des informations inédites. A condition de « suivre » les bonnes personnes…

- Générer du trafic sur son site web : En tant que blogger ou webmaster, Twitter apparaît également comme un moyen utile pour obtenir des visites sur son site. Pour peu qu’un de vos articles soit « twitté » par un individu, l’article en question sera également lu par les « suiveurs » de cette personne. Cet effet ricochet est d’autant plus fort si vous êtes « twitté » par quelqu’un d’influent. En outre, si un sujet intéresse un individu, il y a de fortes chances que celui-ci plaise également à une grande partie de ses « suiveurs », et ainsi de suite…

- Interroger la communauté : Des utilisateurs disposent, grâce à Twitter, d’une plateforme de diffusion rapide d’une question, et donc potentiellement d’une réponse fournie par les personnes qui les « suivent ». Contrairement aux messageries instantanées, Twitter permet d’interroger de nombreuses personnes en même temps.

- Initier une réflexion sur un sujet donné : Certains utilisateurs (mais ils sont moins nombreux…) utilisent Twitter pour initier des réflexions de fond, lancer des débats, etc.

- Etc.

Au-delà de sa vocation première d’outil de connexion sociale à des fins personnelles, Twitter est de plus en plus utilisé à des fins professionnelles (par les médias, des entreprises, des collectivités territoriales, des politiques, des célébrités, etc).

En ce qui concerne la sphère des médias, il est indéniable que Twitter modifie actuellement le paysage médiatique et les processus de diffusion de l’information.

Twitter s’avère être un moyen efficace pour accèder et faire circuler l’information plus dynamiquement que par les médias traditionnels. Il est vrai que la rapidité de diffusion des informations en fait un outil de veille incomparable sur des thèmes d’actualité (en témoigne le moteur de recherche http://search.twitter.com qui affiche comme résultats des « tweets » datant seulement de quelques secondes - ce qui ne garantit toutefois pas leur pertinence…).

Twitter présente ainsi une vraie utilité informationnelle pour le monde des médias. Sa dimension sociale et l’instantanéité des publications en fait un outil de communication multimédia très réactif (même si la rapidité de diffusion des informations peut parfois questionner leur véracité…).

Des médias comme le New Yorks Times ont récemment recruté des rédacteurs en chef spécialisés sur les réseaux sociaux (et notamment Twitter). Leurs missions : trouver des sources, dépister des tendances, diffuser des informations et en collecter.

Certains journaux d’informations, comme CNN ou BBC, utilisent un robot pour envoyer des flashs d’information sur Twitter. Le New York Times possède 1 million de « followers » (« suiveurs »). Le fil sur les technologies du Guardian rassemble 600 000 abonnés - à comparer avec la diffusion papier (400 000 exemplaires). En France, Le Monde et Le Figaro rassemblent environ 1600 « followers ». L’Express quant à lui encourage ses journalistes à « twitter » sous leur nom ou leur pseudonyme.

Souvent, ces fils fournissent des liens vers les sites d’information et attirent des visiteurs. Certains médias mettent également des fils spécifiques pour couvrir des événements (Arte pour le Festival de Cannes par exemple).

Si Twitter s’avère être un moyen de diffusion de l’information utile pour les médias, il est aussi utilisé comme une source d’informations efficace.

Twitter est devenu un outil de veille ou d’appel à témoins utiles pour les journalistes. Certains médias n’hésitent pas à solliciter les usagers pour collecter de l’information en un temps record (cela se nomme le « crowdsourcing » ou « approvisionnement par la foule »). Au risque que les journalistes se reposent un peu trop sur leurs réseaux Twitter, sans investiguer sur le terrain…

Certaines plateformes d’actualité ne veulent plus se contenter des articles de presse pour alimenter leurs pages. Certaines d’entre elles (comme Google News ou Consort par exemple) souhaitent désormais intégrer Twitter à leurs flux. Bien évidemment, tous les « tweets » ne seront pas indexés, seulement ceux de quelques personnalités sélectionnées pour leur sérieux et leur influence.

Précisons que la mise à jour continue des micro-blogs de Twitter (qui sont en mesure d’offrir des réactions instantanées aux événements) menace parfois de surpasser la couverture médiatique traditionnelle de nouvelles importantes.
En témoigne l’exemple des manifestants iraniens ayant utilisé Twitter pour organiser des marches contre ce qu’ils qualifiaient d’élection injuste. Pour les occidentaux, la Toile iranienne est devenue une source d’information privilégiée, notamment après l’expulsion de journalistes venus couvrir le scrutin. Lors de la crise en Iran, de nombreux américains insatisfaits de la couverture médiatique offerte par les chaînes d’information télévisées préféraient s’informer via Twitter.
Plus récemment, lors de la mort de Mickaël Jackson, certains admirateurs ont pu se rendre rapidement à l’Hôpital où la star avait été transportée, parce qu’ils avaient appris la nouvelle sur Twitter, avant qu’elle ne soit diffusée via les médias traditionnels.

De nombreux utilisateurs ont pris l’habitude de se rendre prioritairement sur Twitter lorsqu’une nouvelle est annoncée, pour y trouver davantage de réactions, de liens.
Néanmoins, les médias traditionnels semblent conserver le monopole de la crédibilité. En effet, les messages directs, diffusés quasi instantanément via Twitter, s’avèrent souvent moins fiables que les nouvelles transmises par les sources reconnues. Les informations relayées d’un utilisateur à l’autre circulent souvent trop rapidement pour être vérifiées… Comme le précise le site The Inquisitr « l’information fournie par Twitter n’est que primaire, brute et non-filtrée ».

Dans la sphère des entreprises, Twitter bouscule les méthodes traditionnelles du Business et du Marketing.

Les possibilités offertes par l’outil semblent infinies. Il recèle un potentiel appréciable pour trouver de nouveaux clients, améliorer le référencement d’un site internet, garder le contact avec ses prospects, etc.

Comme pour les particuliers, Twitter permet aux entreprises d’élargir leurs réseaux. Il leur permet d’entrer en contact direct avec de nouvelles personnes, de proposer des partenariats, de faire des Relations Presse, de présenter de nouvelles offres, de faire la promotion d‘un nouveau produit, etc.

Comme pour les particuliers, Twitter permet également aux entreprises de faciliter la diffusion d’informations.

Les 140 caractères maximum exigés pour les messages contraignent les responsables Marketing à être plus concis, plus percutants, plus convaincants, dans leurs messages… A dire l’essentiel en peu de mots, en apportant des informations à valeur ajoutée.

Etant donné qu’il devient de plus en plus difficile d’assurer la délivrabilité des emails, qui ont en outre perdu de leur attraction, Twitter apparaît comme une solution alternative idéale (pour envoyer des messages génériques, ou des messages directs personnalisés). Le risque étant que le client ne consulte son compte Twitter que de manière sporadique, ou que le message se perde dans la masse de messages reçus si le client « suit » de nombreuses personnes…

Au-delà des messages très courts, c’est surtout la capacité d’entretenir des conversations avec les clients qui semble le plus bénéfique. Twitter apparaît comme une plateforme de choix pour rester à l’écoute des clients et des utilisateurs, de manière directe et instantanée. Il peut ainsi jouer un rôle d’outil de fidélisation des clients.

Twitter peut également être utilisé comme un outil de veille concurrentielle intéressant, pour « surprendre » des conversations entre utilisateurs. Il peut permettre à une entreprise de mesurer sa qualité de services : les messages postés par des personnes mécontentes offrent à l’entreprise la possibilité de régler des litiges et de limiter la portée de certains problèmes…

L’outil est également utile aux responsables Marketing dans le sens où il permet d’obtenir un pouls rapide sur une question pointue. L’instantanéité de Twitter permet aux entreprises d’interroger les communautés d’utilisateurs, en diffusant une simple idée, un communiqué ou une question, et ainsi de profiter de l’intelligence collective. Les réponses apportées sont ensuite exploitées en conséquence…

Enthousiastes, certaines entreprises encouragent même leurs employés à utiliser Twitter, comme Intranet d’entreprise, ou pour converser avec les clients. Citons l’exemple de Zappos, le site de vente en ligne de chaussures. Sur son site web, Zappos consacre un espace dédié à Twitter (http://twitter.zappos.com). L’internaute y trouve des astuces pour s’initier à Twitter rapidement, la liste des employés utilisateurs de Twitter, les « tweets » des employés, etc.

Comme le précise Wikipédia, « conscients que ces organisations ont découvert une nouvelle façon de communiquer et de découvrir ce qui se passe, les fondateurs de Twitter prévoient de faire payer les entreprises qui utilisent le service en commercialisant des services premium »…

Au sein des collectivités territoriales, certains acteurs se sont également emparés de l’outil. Et les opportunités d’usages sont multiples.

Tout d’abord, une collectivité territoriale peut utiliser Twitter pour organiser sa veille sur le secteur particulier qui la concerne : la sphère publique. Elle peut également rester en veille par rapport aux actualités de ses réseaux, et suivre les « tweets » de ses administrés (notamment les associations).

Au-delà de son utilité en terme de veille, Twitter permet à une collectivité de faire du micro-blogging (pour diffuser une actualité propre, ou en « RSS bis » du site web), et ainsi améliorer sa visibilité.
Une collectivité peut utiliser Twitter pour avertir de la mise à jour de son site ou de ses évènements. Il offre l’opportunité de rediriger l’internaute vers certaines pages du site web de la collectivité, de générer du trafic, de faire un peu de « buzz » autour d’une actualité précise (à condition d’avoir un réseau de « followers » suffisamment conséquent).

La Ville de Rive de Gier est un exemple intéressant à citer puisqu’elle utilise les médias sociaux, et en particulier Twitter, pour permettre au public d’être informé des actualités de la ville et pour développer une communauté d’échanges (http://twitter.com/rivedegier). Le flux Twitter permet à chaque citoyen possédant un compte de recevoir en direct les informations depuis le site internet de la ville. Dans ce cas, la communication est transparente, non maîtrisée mais au moins canalisée.
Citons également l’exemple de la Mairie du 15 ème arrondissement de Paris, qui informe en temps réel ses citoyens des actualités et des événements locaux : http://twitter.com/mairie15.

Certains maires utilisent même Twitter pour renforcer leurs présences auprès de leurs concitoyens, pour recueillir des avis sur des projets, etc.
Citons en France l’exemple de M. Fromantin, Maire de Neuilly sur Seine : http://twitter.com/JCFROMANTIN.

Plus largement, dans la sphère politique, Twitter a également fait son entrée.

Rappelons-nous l’exemple de Barack Obama qui a utilisé Twitter comme outil médiatique lors de la campagne pour l’élection présidentielle américaine de 2008.
Ou plus récemment, l’exemple du Twitter officiel de la campagne « Europe Ecologie » pour les élections européennes de juin 2009 : http://twitter.com/europeecologie.

Twitter modifie également la communication avec le monde du « show-bizz ».

De nombreuses célébrités l’utilisent notamment pour communiquer avec leurs fans, ou démentir les rumeurs dont elles sont victimes dans les médias.
Citons l’exemple du réalisateur américain David Lynch qui converse chaque jour avec ses « suiveurs », pour expliciter ses projets ou livrer des détails de son emploi du temps.
Un autre exemple : la chanteuse Lily Allen, qui tient ses fans informés en temps réel de toutes ses activités, même à l’autre bout du monde.
Dans ce cas, Twitter permet de rentrer en contact avec des personnes qu’il serait impossible de « suivre » autrement…

 :: Twitter : Intérêts et limites

Twitter ne laisse personne indifférent. Les critiques, positives comme négatives, fusent…

Nous l’avons observé, les opportunités d’usages offertes par Twitter sont multiples : Se constituer un groupe, transmettre de l’information au sein de ce groupe, rassembler, créer des liens, créer des « buzz », générer du trafic sur son site web, faire de la veille stratégique, du marketing internet, de la gestion de marque, faire de la communication de proximité avec ses concitoyens, etc.
Twitter apparaît comme un service intéressant pour créer ou entretenir un réseau social, amical ou professionnel.
Il est dans tous les cas une véritable plateforme d’expérimentation pour de nouvelles formes de communication (personnelles, médiatiques, politiques, etc).

PNG - 31 ko

Mais les détracteurs du service mettent l’accent sur l’absence d’utilités explicites du système. Sont à la fois pointés du doigt une forme de superficialité, de régression technologique, de surgissement intempestif dans le quotidien des gens ou de dépendances.

En permettant à chacun de répondre à tout moment au slogan « What are you doing ? », Twitter augmente le bavardage sur Internet. C’est ce genre de « bruit » souvent sans autre intérêt que très personnel qui détourne certains internautes de réseaux sociaux comme Facebook. Une question se pose alors : Twitter risque t-il d’augmenter la difficulté de s’y retrouver et de trouver sur le Web l’information que l’on cherche ?

Précisons également que, comme pour la plupart des services gratuits du Web 2.0, les conditions d’utilisation de Twitter sont en anglais, assez opaques sur certains points, et gérées par une législation qui n’est pas le droit français. Pour un outil supposé accueillir, transmettre et archiver nos données personnelles, cela peut générer quelques craintes…
D’autant plus que Twitter présente quelques limites en terme de sécurité des données personnelles (failles à répétition, piratages récents de comptes, etc).

 :: Conclusion

Twitter : Outil « gadget » et chronophage, ou outil réellement utile et performant ? Nous vous laissons le soin de vous forger votre propre opinion, en fonction de vos modes d’appropriation…

Nous terminerons simplement par une anecdote amusante : Sachez qu’en 1935, les anglais utilisaient déjà une machine qui s’appelait « The notificator ». Installée dans les rues, les magasins, les gares et autres places publiques de Londres, cette boîte ressemblait à un distributeur de bonbons. L’usager écrivait ce qu’il désirait sur une feuille de papier, insérait une pièce dans la fente prévue à cet usage et le message se retrouvait affiché publiquement derrière une plaque de verre pour au moins deux heures. Ce système permettait de laisser un bref message à quelqu’un qui passerait par-là un peu plus tard. Un ancêtre de Twitter en somme, vieux de 75 ans…

PNG - 148.7 ko

 :: Sources et pour aller plus loin :

- Webilus - L’Histoire de Twitter en images : http://webilus.com
- Vidéo de Présentation sur la page d’accueil du site http://twitter.com (lien en haut à droite Watch a video)
- Visitée cliquée n°8 de Télérama.fr : www.telerama.fr/techno
- Article sur Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Twitter
- Article sur GenerationCyb : www.generationcyb.net/Twitter
- Article « Twitter : présentation du concept, de ses différents usages et de quelques applications connexes » sur le Blog de Frédéric Cozic : http://blog.aysoon.com
- Article « Le réseau Twitter émerge comme source d’information pour les médias » - Le Monde - 11 juin 2009.
- Article « Twitter va gazouiller dans les moteurs de recherche » - Lepoint.fr - 06 juillet 2009 : www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet
- Article « Iran, la révolution Twitter ? » - Libération.fr - 07 juillet 2009 : www.liberation.fr/monde
- Article « La pensée en réseau : nouveaux principes cognitifs pour un devenir posthumain ? » de Raphaël Josset - CEAQ (Centre d’Etude sur l’Actuel et le Quotidien) : www.ceaq-sorbonne.org
- Article « Nouvelle technologies et construction sociale de l’hyperréalité » de Fabio La Rocca - CEAQ (Centre d’Etude sur l’Actuel et le Quotidien) : www.ceaq-sorbonne.org
- Présentation et Tutoriels Centre de Ressources des EPN de Wallonie : www.epn-ressources.be/tutoriels-twitter-et-presentation-twitter
- Tutoriel CRDP de l’Indre et Loire : http://calameo.com
- Article « Twitter pour les nuls » : http://etiennechabot.wordpress.com
- Article « Twitter : 7 raisons de s’y mettre dès maintenant » : http://dyvantity.com/reseaux-sociaux-internet
- Article « 10 conseils pour bien utiliser Twitter » : http://fr.techcrunch.com
- Article « Quel usage professionnel pour Twitter ? » : www.conseilsmarketing.fr
- Pour se distraire - Twitter en vidéo « Twouble with Twitters » : http://current.com.

Ressources sur le numérique solidaire
ANIS - au Mutualab, 19 rue Nicolas Leblanc 59 000 Lille - 06 42 71 83 56 - contact@anis.asso.fr
Haut de page